Pour des réponses sérieuses à l’insécurité et à nos revendications : LA GRÈVE CONTINUE.

mercredi 14 mars 2018
par  Snes Mayotte
popularité : 6%

La réunion d’hier soir entre la MOM, l’intersyndicale et les collectifs citoyens s’est terminée par quelques déclarations et promesses sécuritaires qui n’apportent aucune solution aux revendications portées par la FSU et le SNES Mayotte et qui répondent insuffisamment aux légitimes demandes de sécurisation du département portées par les manifestants.

Même s’il est indispensable de mener des actions de police contre la délinquance et donc de renforcer les effectifs avec le matériel adapté, il parait évident que ni le financement national d’associations de lutte contre l’immigration clandestine, ni la suspension d’un mois des titres de séjours ne va résoudre le problème de l’insécurité à Mayotte.

Rien n’est plus surprenant que d’ignorer le rôle de l’Éducation dans la lutte contre l’insécurité. Le nombre sous-évalué de 6000 mineurs isolés est aussi le résultat d’une politique éducative délaissée depuis de trop nombreuses années sur le territoire.
L’attractivité ( hausse de l’indexation, attribution de l’ISG après l’IE transitoire), revendiquée par le SNES-Mayotte depuis de longues années pour renforcer l’encadrement de services publics en souffrance (éducation et santé notamment), doit faire partie des négociations. Afin de pouvoir nous faire entendre il est nécessaire d’être nombreux à poursuivre cette grève et d’être nombreux à la manifestation du 22 mars.

Tous en grève pour protester contre le mépris, l’insécurité et qu’on compense enfin nos difficiles conditions de travail !


Brèves

200 000 visiteurs

lundi 3 septembre

C’est le nombre symbolique de visiteurs qu’a franchi hier le site du SNES-Mayotte depuis son ouverture en novembre 2014. Merci à toutes et tous.

Statistiques

Dernière mise à jour

dimanche 9 décembre 2018

Publication

397 Articles
1 Album photo
15 Brèves
Aucun site
13 Auteurs

Visites

62 aujourd’hui
82 hier
213069 depuis le début
3 visiteurs actuellement connectés