Compte-rendu des Comités techniques de proximité (CTP) du 21 février 2019

jeudi 14 mars 2019
par  Snes Mayotte
popularité : 2%

Suite aux élections professionnelles de décembre 2018, les organisations syndicales représentées dans
l’instance sont les suivantes pour un total de 10 sièges :
- FSU : 6 sièges,
- CGT : 2 sièges
- FO : 1 siège
- UNSA : 1 siège

Premier CTP

La FSU a largement contribué à faire modifier le règlement intérieur (RI) pour qu’il soit conforme aux textes règlementaires car ce RI détermine le fonctionnement de l’instance pour 4 ans et il sera le texte de référence. Il est adopté par 9 voix pour (6 FSU, 2 CGT, 1 FO), l’UNSA, qui nous rejoindra par la suite, étant absente en ce début de réunion.
Ce CTP se tient suite au vote unanime des organisations syndicales contre la dotation horaire second degré présentée une première fois le 4 février. Un nouveau vote a lieu avec le même résultat (10 contre) mais cette fois-ci sans conséquence sur l’application du texte. Toutefois les organisations syndicales marquent ainsi leur désaccord avec la dotation de l’Etat.
Le Secrétaire général (SG) nous indique qu’il n’a pas voulu dire de ne pas tenir les CA malgré ce vote négatif. Chaque fois qu’on nous a interrogé, la FSU a conseillé aux élus de refuser de porter ce point des DGH à l’ordre du jour tant que ce deuxième CTP n’était pas tenu.
Le SG est revenu sur sa volonté de donner des moyens en REP + pour des sixièmes à 25. A nos yeux cela ne suffit pas de toute évidence. D’une manière générale, nous constatons que le nombre d’élèves par divisions est en constante augmentation et que les dotations en postes sont donc à nouveau insuffisantes au regard de la montée d’effectifs. Le SG cherche à compenser les limites de la dotation en poste en bloquant le nombre d’heures supplémentaires à 7 % au lieu des 13 %. Louable si elle s’applique d’autant plus que les HS sont sous-payées, cette mesure ne compensera toutefois pas l’insuffisance de moyens.

PDF - 500.3 ko
Déclaration liminaire de la FSU-Mayotte au CTP du 21 février 2019.

Deuxième CTP

Les organisations syndicales votent à nouveau de manière unanime contre le budget premier degré qui sera donc à nouveau examiné le 13 mars.
Le SG indique que le nombre de CT va augmenter afin de pouvoir traiter toutes les questions relevant de sa compétence règlementaire.
La FSU n’est pas étrangère à cette décision car elle a beaucoup insisté depuis plusieurs années pour que le CTP joue pleinement son rôle à Mayotte.
Le 22 mars sera examinée la carte des emplois (ouvertures et fermetures de postes).
La politique indemnitaire pour les non enseignants, l’organisation du temps scolaire et la cartographie des emplois seront examinés le 9 avril prochain. A cette occasion seront également à l’ordre du jour les règles de gestion collective du mouvement intra premier degré et la répartition des moyens non enseignants.
Nous interpellons le vice-recteur sur la gestion des EMS. Il confirme que ces collègues ne sont pas des forces d’interposition et ne disposent pas de bâtons télescopiques. Contractuels de droit public, ils ont une mission éducative en relation avec l’extérieur et ils sont rattachés à la CCP (commission consultative paritaire) des contractuels AED. La FSU défendra les droits de ces collègues en CCP.
A la question de savoir pourquoi le lycée de Mamoudzou nord, le plus peuplé, n’est pas le mieux doté en termes de divisions, le SG répond que cela dépend de l’offre de formation et qu’il n’y a pas de rapport direct entre le nombre de divisions et le nombre d’élèves. C’est bien dommage !
Une expérimentation est menée entre le collège de Bandrélé et Cavani, cycle 3 CM1/CM2. Les maires ont été informés nous dit-on. Elle s’appuie sur 8 collègues du premier degré et 24 volontaires du second degré trois après-midi par semaine et nous sommes en phase de construction. En tous les cas le SG souligne que les questions de temps scolaire et d’ouverture des établissements relèvent de
l’institution éducative (conseils d’école, conseils d’administration et vice rectorat) et non des maires.
La FSU estime, même si les auteurs du projet s’en défendent, que cela pourrait préfigurer les établissements des savoirs fondamentaux imposés par la loi dite de la confiance.
La FSU suivra de près cette « expérimentation ».


Statistiques

Dernière mise à jour

lundi 9 décembre 2019

Publication

488 Articles
1 Album photo
42 Brèves
Aucun site
13 Auteurs

Visites

168 aujourd’hui
200 hier
280908 depuis le début
6 visiteurs actuellement connectés