Compte-rendu du CHSCT du 26 février 21

samedi 27 février 2021
par  Snes Mayotte
popularité : 5%

Présents pour l’administration : le recteur, le DRH, le directeur de cabinet, l’inspectrice santé et sécurité ; mandatés syndicaux : 5 FSU, 1 FO, 1 CGT. Comme depuis le début du confinement, la réunion se déroule en mixte présentiel-distanciel.

Rentrée à jauge réduite

La rentrée est bien prévue le 15 mars sauf situation sanitaire qui imposerait de nouvelles mesures. Un protocole nous est distribué. En définitive, la jauge ne sera réduite que pour 3 niveaux. La FSU conteste ce point (voir plus bas).

Déclaration liminaire

PDF - 180 ko

La FSU ouvre la séance par une déclaration liminaire que vous trouverez ci-contre. Pour rappel avec un taux d’incidence autour de 800, nous sommes sur un plateau légèrement déclinant mais qui reste trop élevé avec une pression intenable sur la structure de soins. Nous reprenons dans ce compte-rendu les éléments de la réponse du recteur et de l’administration à nos interrogations et revendications exprimées dans ce document.

Stages de « la réussite »

Ils ont lieu pendant les vacances ! Le recteur estime que les conditions de sécurité sanitaires seront respectées, que ce n’est pas une ouverture généralisée (encore heureux) et que ces stages ne se tiendront pas si la situation sanitaire devait se dégrader à nouveau. La FSU a longuement dénoncé la tenue de ces stages en pointant la dangerosité d’augmenter le brassage, fut-il limité, alors que nous sommes encore sur un taux d’incidence très élevé et ce d’autant plus que cette mesure est largement une opération d’affichage qui mériterait plutôt le nom de « remise à niveau ».
A notre demande, le recteur accepte la tenue d’un CHSCT le mardi 9 mars pour l’examen du nouveau protocole de rentrée prévue le 15 mars que nous venons de recevoir. Toutefois, nous avons échangé sur quelques points et la FSU Mayotte a fait avancer quelques revendications.

Protocole de rentrée : est-il renforcé ?

Le recteur refuse la demi-jauge pour tous de la maternelle à la terminale proposée par la FSU Mayotte. Pour le recteur, c’est trop de temps perdu pour les écoliers ; en ce qui concerne les collégiens et les lycéens, il est clair que le souci est pour lui d’éviter des problèmes de sécurité. Pour la FSU Mayotte, la réduction prévue de la jauge (rien pour les écoles et seulement les classes de troisième, quatrième et seconde pour les collèges-lycées) est largement insuffisante au regard de la dangerosité du variant sud-africain. Tous les représentants syndicaux s’accordent sur ce point.

Alternance un jour sur deux

Sur l’alternance un jour sur deux (système imposé par le rectorat au détriment de l’alternance hebdomadaire) par classe ou par demi-classe, la FSU Mayotte estime que la réduction de jauge doit être effective dans la structure (école ou établissement second degré) et dans la classe ; cependant le recteur se prononce pour la première solution considérant que le bloc classe est plus facile à tracer mais entend laisser la liberté aux établissements de choisir l’une ou l’autre option.
La FSU demandera une modification du protocole pour le choix de la deuxième option ; en effet les secondes sont des classes très chargées (effectif à 35 en général), les choix pédagogiques d’utilisation des îlots impliquent de nombreux face à face entre élèves, contre indiqués si l’on veut éviter la propagation du virus par aérosol, de plus la médiation par les meilleurs élèves est aussi déconseillée pour les mêmes raisons. Au final, si l’on veut respecter les gestes barrières, il faut s’en tenir à un enseignement ex catedra avec un enseignant au tableau évitant de circuler parmi les élèves qui, s’ils échangent, ce qui est souhaitable, doivent le faire dans le respect de la distanciation (passée aujourd’hui à 2 mètres), c’est-à-dire à effectif réduit.

Aération/nettoyage

Le recteur reconnait que la question de l’aération des locaux et la question du nettoyage/désinfection sont des points d’alerte majeur. La FSU Mayotte attend des actes sur cette question que nous ferons renforcer dans le protocole.

Fermeture de classe

La FSU Mayotte constate avec satisfaction que le nouveau protocole prévoit qu’une classe sera fermée dès l’apparition d’un cas positif. Ce n’est rien moins que la prise en compte de la contagiosité du nouveau variant qui, de l’aveu du ministre de la santé en personne, est à l’origine de 70 % des cas à Mayotte. Mais la FSU Mayotte a insisté sur la nécessité de considérer qu’un enseignant au même titre que les élèves doit être considéré comme cas contact à risque. Le recteur n’accepte pas que cela soit systématique mais, suite à l’insistance de la FSU Mayotte, tiendra compte de la situation particulière de l’enseignant (nombre d’heures d’enseignement dans la classe, type d’enseignement dispensé etc…). C’est le médecin du rectorat qui fera cette estimation. La FSU Mayotte insiste également sur un retour après septaine obligatoirement précédé d’un test. Cette information aux élèves tout comme la prise en compte d’enseignants comme cas contact à risque sera inscrite dans le protocole sur demande de la FSU.

Opérations de dépistage

La FSU Mayotte a souhaité que le dispositif d’alerte dépistage à destination de la cellule du rectorat soit plus transparent. Le déclenchement de ces opérations ne doit pas reposer uniquement sur des échanges entre experts mais les personnels doivent être informés de ce qui les motive, à savoir un nombre d’absences élevé d’élèves, ou encore la situation épidémiologique de la commune dans laquelle se situe l’établissement ou l’école ou encore tout autre critère paraissant pertinent. Nous avons fait ajouter ces motivations au protocole.

Tests salivaires

Sur ce point le directeur de cabinet refroidit les ardeurs en précisant qu’ils ne concerneraient que la maternelle et l’élémentaire, que le décryptage des résultats se fait en laboratoire, qu’il est coûteux et prend du temps (de 24 à 48 heures) … Pour ces opérations, le directeur de cabinet nous dit que 40% des infirmières scolaires sont volontaires et qu’une dizaine de postes de secouristes ou ayant la qualification seraient créés en trois mois pour superviser les tests.


Statistiques

Dernière mise à jour

mercredi 31 mars 2021

Publication

575 Articles
1 Album photo
42 Brèves
Aucun site
13 Auteurs

Visites

113 aujourd’hui
147 hier
367890 depuis le début
16 visiteurs actuellement connectés